Comment j’ai platiné l’étrange jeu « Control » ?

Aux Frontières du réel :

Control : Découvrez un monde inconnu, après qu’une agence secrète implantée à New York ait été envahie par une menace venue d’un autre monde. Vous devenez le nouveau directeur qui lutte pour reprendre le contrôle. Cette aventure surnaturelle à la troisième personne vous mettra au défi de maîtriser la combinaison de capacités surnaturelles, de munitions modifiables et d’environnements réactifs, tout en luttant dans un monde profond et imprévisible.

Si vous aimez X-Files, ce jeu est clairement fait pour vous !

 

Le jeu est réalisé par Remedy Entertainment et 505Games et est sorti le 27 août 2019.

Les Graphismes :

Clairement, le jeu est propre graphiquement parlant. Peut être juste un petit hic à signaler quand vous êtes salement touché et que tout vire au rouge, cela gâche la vue… Forcément vu le nombre incalculable de fois que je suis mort !

Jesse Faden, l’héroïne, est superbement désignée ! Encore plus dans sa tenue de plongée astrale, que vous pouvez avoir dans un contenu exclusif sur le PsStore, ou dans une version du jeu.

Le Gameplay :

A n’en pas douter, Control est extrêmement proche de Infamous Second son ou de Prototype 2. Un sentiment de puissance se dégage  quand vous avez toutes les capacités et tous les pouvoirs comme :

Lévitation : qui vous permet de flotter dans les airs, mais aussi d’attaquer pendant que vous lévitez.

Lancer : une fois cette capacité obtenue, cela vous permet de lancer toute chose que vous pouvez saisir par télékinésie, des corps inertes ou ayant peu de vie aux objets plus lourds comme un chariot élévateur.

Saisie : permet le contrôle mental de tous types d’ennemis, à condition de les avoir affaiblis au préalable.

Bouclier : comme son nom l’indique c’est un bouclier, mais pas que défensif. Il peut aussi être offensif en projetant tous les débris qui le constituent sur l’un de vos adversaires.

Evasion : ce n’est qu’un déplacement rapide, mais qui peut être excessivement utile, surtout lorsque l’on vous attaque de dos.

Un fois toutes ces capacités obtenues vous serez le ou la plus forte. Mais avant d’avoir cela, il faudra terminer bon nombre de missions secondaires, mais aussi et surtout, trouver des lieux secrets qui vous octroieront les derniers points de capacités si précieux, à l’obtention du trophée Maître para utilitaire.

 L’environnement :

« Etrange » vous avez dit « étrange », c’est peu dire, même le Dr Strange lui même habitué des phénomènes paranormaux, serait perdu.

Rendez vous compte, vous aurez à combattre plusieurs boss, mais pour cela il faudra soit aller dans les objets altérés, soit les combattre eux même.

Par exemple pour combattre votre double, Essej, il  faudra aller dans un miroir où tout est à l’envers. Attention, ce n’est pas un double que vous aurez à affronter, mais bel et bien trois. Et ça fout grave les boules quand vous réussissez à en défoncer deux mais que le troisième vous tue… C’est à partir de là, que vous perdez le « Control » !

Les autres boss tels que l’Ancre et le Formateur (<= il faudra aller dans un frigo) sont plus anecdotiques, quand vous êtes extrêmement puissant.

En revanche, le directeur des communications, Mr Tommasi, est celui qui m’a donné le plus de fil à retordre. Il n’est pas si facile que cela à affronter au cours de l’histoire. Mais alors dans son arène, où lorsque vous le blessez suffisamment tous les renforts rappliquent, notamment les énormes monstres infectés par le hiss qui apparaissent soudainement et vous explosent littéralement au visage. C’est à nouveau à ce moment là qu’il faudra garder le « Control » pour ne pas casser votre manette ou défoncer quoique ce soit aux alentours !

Mousse-1 n’est pas si dur que ça, à condition de vous planquer et d’avoir le bon flingue qui fait des jolis trous.

L’ambiance sonore :

Si la musique du jeu est essentiellement composée par Martin Stig Andersen et Petri Alanko, il y a également des petites pépites comme le groupe métal Old Gods of Asgard qui fait son apparition avec le morceau « Take Control » lorsque vous rentrez dans le labyrinthe du Gendrier. Croyez moi, cela surprend quand on ne s’y attend pas du tout, mais cela accompagne très bien le jeu, à ce moment là.

En fait, je n’ai jamais utilisé autant l’application Shazam pour un jeu vidéo, juste pour savoir quelles étaient ces musiques très immersives et impressionnantes !

Un autre groupe se démarque de cette O.S.T. : poets of the fall avec le titre My dark Disquiet.

Shazam n’était finalement pas si utile étant donné que tous les morceaux sont enregistrés dans la Hotline ou dans votre inventaire, plus exactement dans les docs récoltés.

Allez, un dernier petit morceau pour la route, Aeonism : The Phoenix.

Les Défauts :

Eh oui malheureusement, le jeu n’est pas exempt de défauts. On peut dire d’ailleurs qu’il en cumule pas mal sur certains points. Prenons le respawn par exemple : à chaque changement de lieu ou de rechargement de partie voire même de mise en pause, le jeu « lag » et c’est systématique.

Les temps de chargement sont aussi « un poil trop longs ». Si comme moi, vous comptez mourir à peu près 1229 fois, soyez patient !

 

 Conclusion :

Au final, c’est donc un très bon cru. « Control » n’a rien à envier à ses prédécesseurs et réussit à se démarquer par son plan astral et son ambiance paranormale à la X-Files.

Un peu de patience et beaucoup de maîtrise des nerfs et le saint graal sera des vôtres. Vous deviendrez le nouveau directeur du Bureau Fédéral de Control.

Partager

2 pensées sur “Comment j’ai platiné l’étrange jeu « Control » ?

  • 28/09/2019 à 00:25
    Permalink

    Bravo pour ton nouveau platane, ce test donne envie 😉
    N’y aurait il pas comme un petit coté Second Sight ?
    (la Bo a l’air sympathique en effet)

    Répondre
    • 28/09/2019 à 12:42
      Permalink

      « envie d’avoir une poubelle… » Lol
      Second sight oui énorme l histoire j adorais.
      Niveau pouvoir c’est sensiblement pareil c’est juste l’histoire qui est ultra space.
      La vérité est ailleurs .

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.