The Mandalorian : du Star Wars comme on l’aime

A l’occasion du lancement cette semaine de Disney+ en France, voici ma critique de la série sans doute la plus attendue de la plateforme de streaming : The Mandalorian.

Pour rappel, il s’agit de la première série live-action dans l’univers de Star Wars. Son créateur n’est autre que Jon Favreau, à qui l’on doit entre autre les films Iron Man et Iron Man 2, ou plus récemment la nouvelle version du Roi Lion sortie l’année dernière.

Telle est la voie

L’histoire se déroule 5 ans après Le Retour du Jedi et la chute de l’Empire Galactique. Nous suivons les aventures de Din Djarin, un mercenaire appartenant à un clan de mandaloriens. Ces redoutables guerriers, originaires de la planète Mandalore, arborent une armure très caractéristique, avec un casque à visière en forme de T. C’est ce type d’armure que porte Boba Fett (et son père Jango avant lui) dans la saga.

Le Mandalorien, surnommé Mando, travaille comme chasseur de prime au sein d’une guilde sur la planète Nevarro, un monde désertique et aride aux accents de grand ouest américain. C’est lors d’une ce ces missions qu’il va faire la connaissance d’un enfant et que sa vie va s’en trouver bouleversée.

Bébé yoda
Mando et l’enfant

A long time ago in a far, far west…

Comme je l’évoquais, la série dégage une ambiance digne des westerns traditionnels. Tel un cow-boy solitaire, le chasseur de prime va parcourir des mondes sauvages à bord de son fidèle vaisseau (ou à dos de blurrg). La musique n’est évidemment pas étrangère à cette atmosphère, comme l’illustre ce magnifique générique de fin. La musique de la série est signée Ludwig Göransson, compositeur d’autres BO comme Black Panther et Venom par exemple.

Est-ce par ma taille que tu peux me juger ?

Dans cette série, nous retrouvons avec délectation des éléments iconiques de la trilogie originale. Les pillards jawas, les troupes impériales, l’épisode dans le vaisseau pénitentiaire… Il faut dire que Disney n’a pas lésiné sur les moyens. Avec un budget avoisinant les 15 millions de dollars par épisode, nous obtenons un budget global de 120 millions de dollars.

Car oui, c’est peut-être là que le bât blesse : la saison 1 ne comporte que 8 épisodes. D’autant plus frustrant que ceux-ci ne durent que 30 à 40 minutes. Pour autant nous ne boudons pas notre plaisir, à l’image des 2 derniers épisodes absolument géniaux, clôturés par un cliffhanger magistral. Car oui, The Mandalorian aura bien le droit à une saison 2. Celle-ci devrait arriver en octobre 2020. Impatient je suis !

Partager

3 pensées sur “The Mandalorian : du Star Wars comme on l’aime

  • 09/04/2020 à 06:05
    Permalink

    Ça m’a l’air intéressant, o. Si j’arrive à mater les deux derniers épisodes, j’y jetterais un œil.

    Répondre
    • 10/04/2020 à 19:24
      Permalink

      Tu peux regarder Mando sans avoir vu Star Wars 8 et 9 (perso je n’ai toujours pas vu le 9 :p)

      Répondre
  • 11/04/2020 à 00:36
    Permalink

    J’ajouterais qu’avec le jeu vidéo Star Wars Jedi: Fallen Order, la série The Mandalorian est ce qui est arrivé de mieux à cet univers depuis un bon moment… (c’est mon ressenti du moins)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.