Only Child Tyrant – Time to Run, la claque electro-rock

Only Child Tyrant - Time to Run - visuel de l'album

Artiste : Only Child Tyrant
Album : Time to Run
Label : Nomark
Sortie : 26/07/2019
Style : IDM / Rock

Bat-score 5 sur 5

Parce qu’il n’est jamais trop tard pour faire de formidables découvertes musicales, aujourd’hui je vais vous parler de mon coup de cœur électro du moment, Only Child Tyrant et son album Time to Run sorti l’année dernière (mais comment ai-je fait pour louper ça ?).

C’est alors que je rédigeais l’article au sujet du dernier Two Fingers que j’ai fait la découverte de Only Child Tyrant via la page Youtube d’Amon Tobin. Et là mes amis… dès les premières secondes d’écoute du single Monkey Box, c’est la révélation, la folie dans mon cerveau. “Dites moi pas que c’est pas vrai ?” Amon Tobin nous livre une véritable tuerie électro totalement décomplexée, ludique et à la vibe clairement rock. J’en suis totalement ébaubi ! La question ne se pose même pas, je file dans la foulée acheter la version digitale sur la page bandcamp de l’artiste.

Time to run dure 29 minutes et compte 8 morceaux, chacun oscillant entre 1min25 et 5min15. Cela peut paraitre court mais il vit très bien les écoutes à répétition.

Time to listen Only Child Tyrant

L’album lance donc les hostilités avec le très rock Monkey Box. Les machines sont programmées pour sonner telles des batteries endiablées et guitares hurlantes. Le son est juste puissant ! On reconnait bien toute la maitrise et la finesse du brésilien pour distiller des mélodies et rythmiques inspirées.

Monkey Box

Ensuite, Father’s Son donne le ton avec un rythme des plus appuyé. A noter qu’il s’agit de la seul piste avec des paroles.

Solid Grey Zebra envoie du lourd, c’est rien de le dire. C’est tout simplement mon morceau préféré ! C’est rapide, incisif et pourrait accompagner une scène de course poursuite.

Soyez prêt à voyager à mi-chemin entre le Far West et l’espace avec Long Down, le genre de composition magique dont seul Amon Tobin a le secret. Dépaysant (en un seul mot), tout simplement.

Je trouve King of Kong particulièrement amusant et me rappelle au bon souvenir du travail accompli par Daniel Pemberton sur l’excellente bande originale de Spider-man : Into the Spider-verse.

King of Kong

Time to Run enchaine avec une ambiance haletante et psychédélique ponctuée d’un soupçon d’Asie.

Dès son introduction, Eight Bit Psyche confirme ce que je pense depuis le début, à savoir que je vois en cet album le digne successeur de l’album Chaos Theory d’Amon Tobin. C’est une fois de plus un voyage sensationnel au fin fond de notre imaginaire.

Enfin, nous terminons ce chef d’œuvre avec la version instrumentale de Father’s Son. Bon, je vous l’accorde, cela fait plus office de bonus qu’autre chose.

Vous l’aurez donc compris, je suis totalement conquis par ce nouveau projet débridé mené de main de maitre par Amon Tobin. Only Child Tyrant est une totale réussite dont je ne suis pas prêt de me lasser. Vite, je veux un nouvel album !

Time to Run – Tracklist

  1. Monkey Box
  2. Father’s Son (feat. Figueroa)
  3. Solid Grey Zebra
  4. Long Down
  5. King of Kong
  6. Time to Run
  7. Eight Bit Psyche
  8. Father’s Son (Instrumental)

Partager

2 pensées sur “Only Child Tyrant – Time to Run, la claque electro-rock

  • 13/06/2020 à 21:20
    Permalink

    “ébaubi”? Comme Alexandre ?
    Bon sinon, ça me donne bien envie de découvrir tout cela.

    Répondre
  • 15/06/2020 à 20:28
    Permalink

    Un peu court, effectivement. Mais bien sympa à l’écoute!
    C’est ajouté dans ma liste à réécouter de temps en temps ^^ (et d’artiste à surveiller)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.