Morbius : ail ail ail !

Morbius

Réalisateur : Daniel Espinosa
Acteurs : Jared Leto, Matt Smith, Tyrese Gibson, Michael Keaton ..

Bat-score 2 sur 5

Synopsis

Michael Morbius est atteint d’une maladie rare du sang. Mourant à petit feu, il recherche en vain un remède à sa maladie. C’est grâce au sérum et à l’adn des chauve-souris qu’il pourra renaître d’une mort quasi assurée, mais à quel prix.

Bande annonce finale

Morbius dans les comics

Les comics Morbius

Dans les comics, le Dr Morbius est aussi atteint d’une maladie rare du sang, mais il trouve son remède en combinant les chauve-souris aux électrochocs, contrairement au film où il modifie son propre adn avec celui des chauve-souris, pour devenir le vampire vivant. Souvent lié à Spider-Man et à Blade, il devait apparaître en caméo dans le film Blade avec Wesley Snipes, mais finalement retiré du montage, la scène figure pourtant en bonus sur le DVD.

Je… suis… Venom !

« T’as pas une gueule d’amour ! »

Plusieurs clin d’œil sont faits : notamment à Venom où s’en prenant à un malfrat, il lui répond « je… Suis… Venom.! » Dans la bande annonce, il disait je plaisante, dans le film : rien. Pareil le fameux poster où on voyait Spidey, oublié. Un clin d’œil est aussi fait au Daily Bugle.

En bref, Morbius c’est…

Ce qui ressort du film, c’est tout ça pour ça. On a du mal à savoir pourquoi avoir fait une telle origin story. Il y a de bons effets spéciaux, echo-radar et nombreux déplacements, mais cela reste une histoire simple et basique. Ce qui est impressionnant, c’est la transformation physique de Jared Leto, de squelettique à bodybuildé. Ça n’est pas sans nous rappeler un certain Steve Rogers. Là, où le bas blesse, c’est qu’il y a une redite sur les origines des méchants. Venom : 2 symbiotes qui s’affrontent, Morbius : 2 vampires qui se « bat »tent, et on parie que dans Kraven le chasseur, il y aura 2 chasseurs ? Les deux flics, dont Tyrese Gibson, font juste de la figuration.

Adrian Toomes
Le Vautour alias Adrian Toomes

Les deux scènes cachées mettent en lumière, Michael Keaton dans le rôle d’Adrian Toomes alias le Vautour, parachuté là grâce au multivers, merci Spider-Man : No way home. Et on le sait, c’est clairement pour teaser les Sinister Six. En gros vite vu, vite oublié, dommage, cela partait sur des bonnes bases. Pour avoir un bon film / héros, il faut un bon méchant, et Matt Smith incarne un « Milo » Luxian de pacotille qui ne fait même pas peur ou ne suscite aucune émotion, un comble !

Un petit mot sur la musique

Brian Tyler signe la bande originale du film, mais rien de bien marquant. Cela se laisse entendre, tout au plus, c’est du déjà vu.

Partager

6 réflexions au sujet de “Morbius : ail ail ail !”

    • Bon le perso est vu de très loin, même à l’époque je ne suis pas sûr d’avoir fait le rapprochement. C’est en faisant mes recherches pour l’article que j’ai déniché cette information.

      Répondre
    • Sinon pour que tout le monde se réconcilie avec le personnage Morbius, je vous conseille à tous l’excellent : « les blessures du passé » avec Morbius notamment mais aussi Spider-Man.

      Répondre
    • Ah donc tu l’as vu je croyais que tu voulais un avis préliminaire avant de t’infliger une séance lol. Après c’est dommage, il y a du potentiel mais sans vrai méchant, tout tombe à plat. Et on va avoir le même schéma pour Kraven le chasseur, tant que Spider-Man ne sera pas dans la place. Et pour son apparition dans Blade à l’époque je l’ai su, mais grâce à mes recherches pour l’article, je me le suis remémoré.

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.