Comment j’ai platiné l’excellent Marvel’s Spider-Man !

Bon alors, comme ça de prime abord, on pourrait croire que c’est facile à platiner, que nenni !

Si on ne gère pas bien ses jetons défis, à moins d’être un excellent gamer, ce que je ne suis pas, il faut quand même être sacrément balaise dans les défis de TaskMaster (Infiltration, Combat, Drône et bombes).

Car si on claque à tout va ses jetons, pour acheter tout ce qui est disponible, vous risquez de vous en mordre les doigts, et peut être même de recommencer une partie.

Revenons en au fait, le studio Insomniac Games a transcendé l’histoire de Spidey, au point, d’en réunir les principaux arcs de l’histoire de tête de toile de ses débuts (1962) en passant par l’ultimate, le 2099, et même le Spider-verse.

L’histoire de Marvel’s Spider-Man PS4 :

Peter Parker combat le crime à New-York dans le costume de Spider-Man depuis huit ans. Après des années à échouer à le faire traduire en justice, il parvient à arrêter Wilson Fisk alias Le Caïd  avec l’aide du capitaine Yuri Watanabe. En parallèle, Parker et le Docteur Octavius mettent au point des prothèses de bras technologiquement avancées. Il n’oublie pas non plus d’épauler sa chère tante May Parker, bénévole au F.E.A.S.T., une fondation d’aide aux sans-abris créée par Martin Li, un riche homme d’affaires.

Sans spoiler, c’est un peu dur, mais sachez simplement que la genèse de Docteur Octavius, Norman Osborn et de Martin Li est extrêmement bien écrite.

On ne fait pas encore la connaissance de tous les persos connus de l’univers de Spider-Man, mais des principaux, nous amenant forcément à espérer une suite des mêmes auteurs.

Ainsi oubliez Venom, Carnage, Gwen Stacy, Bouffon vert, l’homme sable, le Lézard etc …

Niveau technique :

Ce qui est impressionnant, c’est de voir à quel point le moteur du jeu est ultra puissant. Car de mémoire, je ne me souviens pas qu’un jeu puisse adapter, aussi bien dans les cinématiques que dans les temps de chargement, les 26 costumes de Spidey (dont ceux de la phase 3 des films Marvel Studios), ce qui n’est pas rien tout de même.

Une seule cinématique fait exception à la règle, c’est la dernière, car Peter doit justement s’en fabriquer un tout dernier pour affronter son ultime adversaire.

Le jeu alterne entre des phases où l’on peut incarner Miles Morales, Mary Jane, Peter Parker, et bien sûr Spider-Man, chacun ayant sa spécificité.

Des mini jeux étoffant l’intrigue s’insèrent dans le gameplay, par exemple reconnecter des interfaces avec la bonne tension ou bien encore retrouver des substances inconnues grâce à un spectrographe.

La ville de New York est super bien modélisée et très fidèle. Nous sommes cependant limités aux bords de l’île, car on ne peut pas, par exemple, aller au bout du pont de Brooklyn, ou même allez voir la Statue de la Liberté sans un glitch, même si on reste sur le métro aérien.

Les crimes pullulent dans la ville qui ne dort jamais, et sachez que même pour finir un quartier à 100 %, le moteur du jeu, encore lui, ne vous remettra pas un crime que vous avez déjà terminé.

La map, les textures et même les dialogues ainsi que l’humour y sont savoureux : un pouvoir de tenue porte même l’appellation blagueur.

Y a un ‘tit peu plus, je vous le mets avec :

Plein d’easter eggs sont cachés dans le jeu comme Alias Investigation (Jessica Jones), la tour Avengers (il faut grimper tout en haut pour avoir un petit trophée) ou même encore LockJaw le chien des Inhumains, de mémoire il ne me semble pas l’avoir vu lors de mon périple à New York (par contre il y est bien sur l’une de mes photos).

Les poses iconiques sont légion et le système de balancement est un pur plaisir, à tel point que l’on n’utiliserait même pas les voyages rapides, s’il n’y avait pas un trophée au bout.

En résumé et en bon fan que je suis, les pros d’Insomniac Games ont réussi à 100% cette première mouture de l’homme araignée sur Ps4, il aura fallut attendre longtemps, mais cela en valait la peine. Tout est un plaisir sans fin, de l’histoire aux différents objectifs à réaliser pour devenir un supérieur Spider-Man.

Ensuite… ensuite… ensuite, ensuite :

Les aventures de Tête de toile se poursuivront dans le dlc season pass intitulé : « la ville qui ne dort jamais » avec au programme 3 chapitres supplémentaires le premier sort le 23 octobre 2018, et s’orientera sur la fin de la chasse de Black Cat que l’on avait entamée dans le jeu principal.

Partager

7 pensées sur “Comment j’ai platiné l’excellent Marvel’s Spider-Man !

  • 13/10/2018 à 12:37
    Permalink

    De quel univers provient le Spider-Man bleu à tête de mort ? Il me plait bien 😀
    As tu attaqué le DLC ?

    Répondre
    • 13/10/2018 à 14:10
      Permalink

      C’est Ghost spider, mais je ne sais pas de quel univers.
      Surement lors d un crossover avec Ghost rider.
      Le dlc je l’ai pris mais le premier épisode est dispo en téléchargement que le 23 octobre.

      Répondre
      • 13/10/2018 à 18:53
        Permalink

        Quoi ? Quoi ? Ah mais je ne savais pas spiBER pour le dlc ! D’autant que ça peut prêter à confusion… 😀

        Répondre
        • 13/10/2018 à 19:53
          Permalink

          Oui tout à fait j appuyais comme cinglé sur télécharger et ça voulait rien savoir.
          C’est après que j ai regardé la date lol.

          Répondre
        • 23/10/2018 à 13:46
          Permalink

          Dlc uploadé verdict dans quelques minutes… ?!?

          Répondre
          • 23/10/2018 à 21:40
            Permalink

            « And… here… we… go ! »
            ça donne quoi ? 😉

          • 24/10/2018 à 14:11
            Permalink

            Et ben c’est de la boule !!! vlà le cliffhanger de fin …
            Vivement la suite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.