Redout sur PS4, c’est plus rapide que toi

Redout - visuel version PS4

Le jeu vidéo Redout, développé par le studio indépendant italien 34BigThings, est sorti relativement discrètement sur consoles de salon PS4 et Xbox One il y a désormais presque un an. Voici venu le temps de… vous le présenter.

Un adversaire Redout…able

Tout d’abord, Redout est un jeu de courses futuristes mettant en scène des vaisseaux anti-gravité se tirant la bourre à une vitesse hallucinante sur des circuits tous plus fous les uns que les autres. Ça ne vous fait pas penser à une autre licence culte qui commence par Wipe et finit par Out ? Hé oui Jules-Edouard, nous sommes ici face à un cousin de la célèbre saga WipeOut inititée par feu le studio Psygnosis à l’époque de la Playstation première du nom. J’ai toujours été fan des jeux vidéo WipeOut et je suis terriblement déçu que Sony ait laissé tomber cette licence. Certes, l’été dernier le remaster de Wipeout HD & Fury + Wipeout 2048 est sorti sur PS4 mais pour ma part seule la partie HD & Fury m’a convaincu. Malheureusement je n’accroche pas du tout au gameplay de l’épisode 2048… En somme, « C’était mieux avant ».

Aussi, il y a quelques semaines j’ai décidé de franchir le pas en profitant d’une promotion alléchante sur le Playstation Store puisque Redout était proposé à 13€.

Vers l’infini et l’au delà

En premier lieu, d’un point de vue technique, les développeurs italiens ont fait appel au moteur Unreal Engine 4 pour donner vie à leur nouveau bébé. Le titre a une jolie touche graphique épurée (façon Rime) faisant la part belle aux jeux de couleurs éclatants. On en prend d’autant plus plein les yeux ! Par ailleurs, Les circuits proposés s’étalent sur plusieurs zones géographiques telles que Le Caire, l’Alaska, la forêt tropicale, la mer, les volcans, Neptune et un monde virtuel pixelisé. À cela s’ajoutent des dlc mettant en scènes d’autres lieux (Mars par exemple). Avec 5 circuits par zone, vous avez de quoi vous amuser.

À fond à fond à fond à fond à fond

Accrochez vous à votre fauteuil de pilote, Redout va vite… très vite ! Cette vitesse folle animée à 60 images par seconde se découpe selon quatre classes de vaisseaux. On débute par conséquent avec un vaisseau de classe 1 afin d’apprivoiser le gameplay puis on en vient vite à passer aux classes supérieures. Et là… il va falloir apprendre les circuits par cœur pour profiter de toute la folie du jeu car les adversaires ne vous pardonneront aucune erreur. L’intelligence artificielle est en outre plutôt agressive et n’hésite pas à vous foncer dedans pour vous envoyer dans le décor -_-.

Si c’était un Feisar, j’serais pas là en train de m’la péter

7 écuries sont disponibles, chacune proposant donc 4 classes de vaisseaux. Évidemment chaque engin possède ses propres statistiques et il vous faudra les acquérir avec les gains obtenus au fil des courses de la carrière. De plus, une fois votre nouveau joujou volant acheté, vous pourrez en améliorer les statistiques (poids, solidité, vitesse, accélération).
À noter que si vous n’aimez pas les couleurs par défaut des vaisseaux, un vaste choix de motifs et de couleurs vous est proposé pour les relooker. J’en ai donc profité pour habiller tous les vaisseaux ESA-AGR aux couleur de l’écurie Feisar (Wipeout), sympa !

Ensuite, coté power-up, les véhicules peuvent être équipés d’armes actives ou passives. Une fois  achetée, chaque arme possède 4 niveaux d’amélioration. Contrairement à WipEout, les power-up sont embarqués dès le début de la course. Les power-up actifs sont activables dès qu’assez d’énergie a été emmagasinée, les passifs ont quant à eux un effet permanent (par exemple amélioration de la vitesse de pointe). Personnellement en bonus actif, j’utilise essentiellement le drone de réparation, bien utile en toutes circonstances.

Redout - Armement vaisseaux

Des modes de jeu plein les fouilles

La durée de vie du mode carrière est des plus louable puisqu’elle s’étale sur environ 200 épreuves diverses et variées (DLC compris). Pas moins de 11 types de courses sont à découvrir (Attaque du temps, Attaque du temps pure, Vitesse, Survie, Instagib, Course, Course pure, Course de l’arène, Dernier homme debout, Score, Boss). Le joueur débloque les épreuves au fur et à mesure qu’il joue et gagne des médailles. Bon courage pour rafler toutes les médailles d’or…
Fait suffisamment rare de nos jours pour être signalé, le jeu est jouable en écran splitté, youpi ! Vous aurez surement plus de chance de jouer avec un ami chez vous que via le mode en ligne totalement désert… (Si vous possédez une copie du jeu, faites moi signe pour jouer en ligne et ainsi débloquer le trophée correspondant :p)

Redout - aperçu mode Carrière

Une bande originale Trance-alpine

Enfin, si j’appréciais particulièrement les WipEout, c’était aussi et surtout pour leurs bandes originales grisantes ! Eh bien, il en va de même avec ce Redout. Point de grosses pointures électro au programme mais une b.o. composée par Aram Shahbazians & Nils Iver Holtar. Les 19 compositions ne sont pas sans me rappeler les travaux de Cold Storage sur le premier WipEout. D’autre part, on se rapproche pas mal des sons et rythmiques trance du groupe Juno Reactor. Ça peut paraitre un peu démodé pour certains mais en jeu la musique colle parfaitement à la vitesse hallucinante affichée. On n’a qu’une seule envie, rester appuyé sur le bouton d’accélération.

Extrait 1 – Cairo 3

Extrait 2 – Volcano 1

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *