Red Dead Redemption 2 – not a poor lonesome cowboy

Red Dead Redemption, le retour

8 ans après la sortie de Red Dead Redemption sur PS3, voilà le petit 2ème baptisé du même nom. Sorti le 26 octobre 2018 et développé par le studio Rockstar (surtout connu pour la célèbre saga GTA – Grand Theft Auto) disponible sur PS4 et Xbox one (le jeu aura été fait pour ma part sur PS4).
Essayons d’argumenter sans spoil (promis je vais faire de mon mieux).  J’ai déjà commencé le jeu sans quasiment avoir lu d’article pour garder l’effet de surprise. Ne sachant s’il y allait avoir un lien avec son prédécesseur, une suite ou tout autre chose…

Il était une fois dans l’ouest

Entrons donc dans l’histoire en 1899 avec Arthur Morgan, personnage principal que vous allez incarner tout au long de ce périple (enfin tant que tout va bien…). Oui périple, il faut bien se dire que nous sommes quand même un hors la loi. L’action se passe dans l’Ouest Américain, depuis quelques mois M. Morgan a été recueilli par de « gentils » malfrats (enfin avec Arthur du moins…) avec lesquels il s’essaye à trouver une vie meilleure. Pour se faire, cette bande emmenée par Dutch, leader charismatique du groupe comprenant hommes, femmes et enfants, vadrouille de camps en camps et de braquages de trains et autres pour accumuler de l’argent et s’exiler dans un droit paradisiaque et y couler des jours heureux… heureux ? Pas si sûr, sur fond d’amitié familial, trahison et histoire de gangs… Cette histoire nous offre bien des surprises, mais si nos souvenirs du 1er Red Read Redemption ne sont pas loin… la surprise finale est assez prévisible.

Westworld

Tout au long de cette histoire, les interactions avec les personnages du camps sont nombreuses, vos activités dépendant de ces derniers. C’est grâce à ces PNJ que vous apprenez à chasser. Une envie de cambrioler la petite maison du coin ? Pas de soucis, pendant que votre acolyte fait le guet, vous ramasser tout ce que vous pouvez… Tous les moyens sont bons pour survivre après tout.

Là il faut s’occuper de sa petite tribu, de soi (se raser, surveiller son poids, choisir ses vêtements en fonction de la saison) et de son cheval (le nourrir, le brosser…). Tiens il fait beau aujourd’hui, allons pêcher ou chasser et ramenons le butin au camps. Eh oui il ne faudrait pas qu’ils dépérissent, ce petit monde pourrait bien nous être utile… et puis.. c’est la famille !

Casino Royale

Ce que j’apprécie dans ce type de jeu, c’est le monde ouvert et de faire tout ce que l’on veut quand on veut ! Marre de suivre les missions et de rechercher les malfrats (non parce que évidement vous n’en êtes pas un *ironie*), allons jouer aux dominos ou au poker !

Plusieurs règles de dominos vous attendent dans ce vaste pays.
Une petite partie de poker ? Texas hold’em s’il vous plaît !

Le bon, la brute et le mode en ligne

Concernant le mode en ligne, dès le départ vous créer votre personnage, et vous embarquez vers de nombreuses missions : vous retrouverez les braquages, les vols et autant de missions variés que peux nous offrir le mode histoire. A ce niveau là, on ne compte plus le nombre d’heures…

Il faut reconnaitre à Red Dead Redemption 2 la variété des activités et le nombre conséquent de missions. Ce qui engendre aussi une certaine longueur. Ainsi, il faut compter plus d’une centaine d’heures pour pouvoir tout faire, et ce sans compter le mode en ligne. Par contre il faut être patient pour la mise en place de l’histoire qui est un peu longue…  Pour ma part la faiblesse de ce jeu est son scénario, non pas qu’il soit mauvais, mais plutôt banal. J’ai tout de même passé un bon moment à admirer ces superbes paysages, car oui, il faut le bien le dire, c’est esthétiquement assez bien foutu ! Et il faut bien dire que malgré ces longueurs ce jeu est immersif et nous entraine avec facilité dans son monde !


Bat-score 4 sur 5

Partager

Une pensée sur “Red Dead Redemption 2 – not a poor lonesome cowboy

  • 17/03/2019 à 19:24
    Permalink

    Là comme ça en lisant ces lignes je dirais qu’il ressemble fortement à assassin s creed odyssey.
    Heure de jeu, monde ouvert, immersif et passionnant niveau historique, par contre la diversité n’est pas trop de mise excepté pour le Sphynx.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.