Aephanemer frappe un grand coup avec Prokopton

Aephanemer - Visuel de l'album Prokopton

Aephanemer entre dans la cour des grands

Oyez, Oyez, braves gens adorateurs de musique Metal ! Il est grand temps aujourd’hui de vous faire découvrir le groupe de Death Metal Mélodique Aephanemer à l’occasion de la sortie imminente de sa nouvelle pépite intitulée Prokopton. Oui, j’annonce d’emblée la couleur, c’est une petite pépite made in France, que dis-je, made in Toulouse, s’il vous plait !

Le relativement jeune mais déjà non moins expérimenté combo est composé de Martin Hamiche (guitare lead – fondateur du groupe), Marion Bascoul (chant et guitare rythmique), Lucie Woaye-Hune (basse) et Mickaël Bonnevialle (batterie).

Membres du groupe Aephanemer

Le code c’est… Prokopton

Maintenant que les présentations sont faites, nous pouvons entrer dans le vif du sujet.
Dès l’écoute du morceau éponyme de l’album, Prokopton, un « Whaoouuu, mais ça tabasse bien » traverse mon cerveau pour ne plus le quitter pendant les 44 minutes de la galette. La recette déployée par les toulousains est ici on ne peut plus claire et efficace : allier une puissance sonore à toute épreuve (mixage par Dan Swanö, excusez du peu), des rythmiques endiablées et variées, des mélodies carrées et lumineuses mariant guitares et claviers (pas kitch pour un sou soit dit en passant) ainsi qu’un chant déchirant venu d’outre tombe. Je n’ai pas forcément beaucoup de références dans le style Death Mélo mais cette fougue maitrisée me renvoie en quelques sortes à ce que j’avais ressenti lorsque j’avais découvert The Unborn de Mors Principium Est (autrement dit, un truc de ouf qui envoie du lourd sur chaque compo avec un degré d’epicness relativement élevé !).

Snowblind, à écouter les yeux fermés

Mehhhhh, revenons à nos moutons. Les trois premiers titres que sont Prokopton, The Sovereign et Dissonance Within s’enchainent tambours battant, on en prend plein la tête et les oreilles ! Puis, c’est là qu’arrive mon plus gros coup de cœur de l’album, j’ai nommé Snowblind. Vous vouliez de l’épique ? Vous allez être servi. D’abord, l’introduction en mode rouleau compresseur donne le ton. C’est puissant, mélodique et particulièrement catchy. Ensuite, l’accalmie intervenant à 2:46 est de toute beauté. L’ambiance se veut solennelle et médiévale, serais je tenté de dire. Puis la chanteuse monte dans les tours en alternant d’une part des hurlements totalement habités, déchirants et remplis de rage (j’en ai la chair de poule à chaque écoute) et d’autre part un phrasé théâtral voix claire (mais grave) du plus bel effet. C’est vraiment très réussi et pour moi c’est l’illustration parfaite de tout ce qui fait la beauté et la complexité du métal : le CONTRASTE. Cela m’amène au passage à souligner ma légère « frustration » quant à l’absence d’autres titres mettant en avant l’étonnante palette de possibilités vocales de Marion Bascoul.

At Eternity’s gate marque ensuite un bref interlude instrumental aux allures à nouveau médiévales, voire folkloriques (tel que saurait nous le proposer Ensiferum par exemple).

Reprise des hostilités ! Back Again, Bloodline repartent sur les chapeaux de roues. C’est du haut niveau dans la continuité épique de Snowblind, avec des temps de pause, des changements de rythmes divers et variés et du pilonnage de fûts en règle. Enfin, If I Should Die conclue l’album de manière plus que satisfaisante grâce à ses 9 minutes condensant tous les points positifs croisés depuis le début de l’écoute.

Retenez bien ce nom : Aephanemer

Vous n’aviez jamais entendu parler d’Aephanemer avant la lecture de cet article ? L’erreur est ainsi réparée. Il va donc désormais falloir plus que jamais compter avec ces musiciens de talent ! Ils ont su donner naissance à un bel album Prokopton, très abouti, attractif et lumineux. Enfin, je ne pouvais pas ne pas parler du magnifique artwork réalisé par Niklas Sundin. Le résultat est classe, original et… tiens, lumineux, ça tombe bien. Un dernier conseil pour rendre hommage à tout ce formidable travail, commandez l’une des versions physiques de Prokopton pauvres fous !

The Sovereign

Bloodline

Prokopton – Tracklist

  1. Prokopton
  2. The Sovereign
  3. Dissonance Within
  4. Snowblind
  5. At Eternity’s Gate
  6. Back Again
  7. Bloodline
  8. If I Should Die

Bat-score 4 sur 5

Partager

4 pensées sur “Aephanemer frappe un grand coup avec Prokopton

  • 21/03/2019 à 11:46
    Permalink

    Mh mh.. à mettre dans ma « to-listen list » 🙂

    Répondre
    • 21/03/2019 à 23:24
      Permalink

      En voilà une idée qu’elle est bonne ! D’ailleurs je crois que le groupe est en concert par chez toi mi avril 😉

      Répondre
  • 26/03/2019 à 17:08
    Permalink

    C’est clair, un petit coup de cœur pour SnowBlind où l’on découvre une autre facette vocale.
    J’aime bien écouter et ré écouter et ré écouter… Back again, ouaip j’aime bien y revenir 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.