Spider-Man : Far From Home, édition limitée spéciale E. Leclerc

Le 13 novembre dernier, Spider-Man : Far From Home, second film des aventures solos de Spider-Man sous l’ère Marvel StudiosSony est sorti dans les bacs. En plus des diverses versions exclusives aux grandes enseignes, dont le fameux steelbook Fnac, E. Leclerc nous proposait également la sienne.

A la base, lorsque j’ai précommandé cette édition limitée spéciale E. Leclerc, le visuel affiché était totalement différent de ce qu’il est devenu peu de temps avant sa sortie ! En effet, à l’époque il s’agissait d’un steelbook sur le même principe que celui qu’avait proposé la Fnac pour Spider-Man : Homecoming. Mais qu’a t’il bien pu se passer entre temps ? Problème de fournisseur peut-être ? Mystère…

Néanmoins, la nouvelle proposition semblait être une belle alternative, de surcroît à moindre coût par rapport au steelbook Fnac (10€ de moins, c’est toujours ça de pris). Concrètement, il s’agit d’un coffret cartonné dont le système d’ouverture est assuré par un gros magnet en forme de logo Spider-Man. Ensuite, deux volets se déplient pour enfin délivrer les disques. Les visuels utilisés pour ce coffret sont relativement sobres et cohérents les uns par rapport aux autres. Ouf, car les posters promotionnels n’étaient pour la plupart pas de très bon goût, certains piquaient même carrément les yeux.

Spider-Man Far From Home - édition limitée spéciale E. Leclerc

Visuel verso avec disques - Spider-Man Far From Home - édition limitée spéciale E. Leclerc

Visuel recto - Spider-Man Far From Home - édition limitée spéciale E. Leclerc

Visuels internes avec disques coté Mysterio - Spider-Man Far From Home - édition limitée spéciale E. Leclerc

Visuels internes avec disques coté Spidey - Spider-Man Far From Home - édition limitée spéciale E. Leclerc

Visuels recto verso - Spider-Man Far From Home - édition limitée spéciale E. Leclerc

Visuels recto verso - Spider-Man Far From Home - édition limitée spéciale E. Leclerc

Visuel interne - Spider-Man FFH - édition limitée spéciale E. Leclerc

Spider-Man : Far From Home, l’ennui avant l’action

Maintenant que j’ai enfin pu revoir le film, je peux vous livrer mon avis. Je pensais qu’avec le recul, j’aurais digéré ma semi-déception d’après séance de cinéma, que je verrais le film sous un autre angle, ou pas…

Les +

Mysterio, interprété par Jake Gyllenhaal

Mysterio, interprété par Jake Gyllenhaal, est le gros atout du film de Jon Watts. Dès que le personnage est à l’écran, c’est un déluge d’action et d’effet spéciaux. Les scènes d’action sont dantesques tout en restant lisibles. A titre d’exemple on pourrait citer la première se déroulant à Venise avec l’Elemental manipulant l’eau. Idem à Berlin ou les jeux d’illusions sont impressionnants, à faire sombrer Peter Parker dans la folie (à titre de comparaison, cela ressemble aux effets du gaz hallucinogène de l’Epouvantail dans les jeux vidéo Batman Arkham). Enfin, la scène finale à Londres vaut son pesant de cacahuètes… Je n’en dirais pas plus.
Toujours au sujet de Mysterio, il faut avouer que son plan est bien trouvé, ses motivations et son histoire également.

Sinon, à l’instar de Spider-Man Homecoming, l’humour est ici très présent. Quelques gags sont réussis comme par exemple la scène du bus avec EDITH

Les –

Le problème, c’est que la plupart des effets comiques sont lourdingues dans Far From Home. Autant j’aimais beaucoup la spontanéité des répliques entre Peter et son entourage dans sa première aventure, autant là je trouve ça trop appuyé. Prenons le cas des professeurs qui accompagnent la classe de Peter en voyage scolaire. Le prof barbu est complètement à l’ouest, maladroit et débile. C’est vraiment un prof ça ? On croirait presque suivre les vacances de Mister Bean pour ce dernier !

De plus, la première heure de film est d’un ennui… Là où mon avis a quelque peu évolué c’est que finalement je ne mets pas ça sur le dos de Mysterio et de la mise en place de son plan, non ! C’est juste qu’en dehors de ça, il ne se passe pas grand chose. On assiste simplement aux vacances d’ados. Une fois encore, je lui préfère un Homecoming mieux rythmé. On y alternait régulièrement les scènes de Spider-Man, Tony Stark, le lycée etc… Là, c’est sortie scolaire pendant une heure puis combat contre le méchant l’heure suivante.

Enfin, comment dire, je n’ai pas pu retenir un “OH PU….” aux premières notes de musiques du film… Ben oui, ça commence “cash pistache”  avec I Will Always Love You de Whitney Houston. Heureusement, ce choix est justifié et désamorcé en quelques secondes mais ça fait toujours un choc (j’avais eu le même avec Blue de Eiffel 65 dans Iron-Man 3 -_-).

Pour finir sur une note plus optimiste, je suis tout de même curieux de voir ce que va donner la suite vu le cliffanger sur lequel nous laisse ce Spider-Man Far From Home !

Partager

4 pensées sur “Spider-Man : Far From Home, édition limitée spéciale E. Leclerc

  • 22/12/2019 à 10:46
    Permalink

    Toujours pas revu, j’espère ne pas avoir le même syndrome que toi.
    Ceci dit l’édition Leclerc est très belle, j’adore.

    Répondre
    • 23/12/2019 à 21:26
      Permalink

      “Bonne chance…” 😉

      Répondre
      • 15/01/2020 à 16:10
        Permalink

        Nouvelle séance faite, mais pas de coup de mou comme toi.
        Je trouve que ça bouge déjà à 20 min même si effectivement il y a les bases de la love story avec MJ et le voyage scolaire mais c’est là dessus qu’est basé l’histoire.
        Quant à la fin je ne me rappelais pas qu’il constatait le décès et qu’il confirmait avec Edith.

        Répondre
  • 16/01/2020 à 23:44
    Permalink

    Certes il y a un peu d’action au début mais je trouve juste que le tout est mal équilibré… C’est tout ^^

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.