X-Men : Dark Phoenix : Avis flash

Clore l’une des sagas les plus mythiques n’est pas chose aisée, et c’est Simon Kinberg qui s’est attelé à la tâche. Là où un Matthew Vaughn aurait excellé, le sieur s’en sort plutôt pas mal !

L’histoire

Jean Grey, la plus puissante X-Men, va devoir affronter ses amis mutants.  Au cours d’une mission de sauvetage dans l’espace, elle frôle la mort, frappée par une mystérieuse force cosmique. De retour sur Terre, cette force la rend non seulement infiniment plus puissante, mais aussi beaucoup plus instable. En lutte contre elle-même, Jean Grey déchaîne ses pouvoirs, incapable de les comprendre ou de les maîtriser. Devenue incontrôlable et dangereuse pour ses proches, elle défait peu à peu les liens qui unissent les X-Men.

Les côtés ambigus

Les éléments principaux sont là, mais ne font pas forcément suite avec le précédent film de la saga à savoir X-men Apocalypse. C’est en ce point que cela peut perturber, dans quelle timeline sommes nous ?

Comment le scénariste – réalisateur (Simon Kinberg) de cet épilogue peut il oublier à ce point certains détails qu’il avait lui-même mis en place  dans l’opus précédent.

Par exemple : la révélation que Vif Argent est le fils de Magnéto, amorcée dans Apocalypse, la puissance dévastatrice de Jean Grey qui a manifestement déjà la force Phoenix en elle, les costumes originaux, la scène cachée qui révèle finalement une arme X, etc…

Bon admettons, on oublie tout, on fait un petit reset, et on repart sur des bases saines, enfin presque… car le sauvetage héroïque dans l’espace pour aller sauver des spationautes, pour que Jean Grey puisse récupérer la force Phoenix, ok mais pourquoi coller des extra-terrestres façon Groot métamorphes qui cherchent eux aussi cette puissance ?

De mémoire dans le comics, il n’a jamais été mentionné de tels faits, ok c’est une adaptation m’enfin quand même.

Personnellement dans la bande annonce, je croyais que la blonde « Vuk » (Jessica Chastain) était le côté « dark » du Phoenix, et non pas une extra-terrestre en quête de la force Phoenix.

Les points positifs

Oui, car il y en a, si l’on est un puriste mais que l’on veut bien accepter le travail d’adaptation des scénaristes. Le ton dramatique est conservé, pas une seule once d’humour. N’y allez pas pour rigoler, vous serez déçu. C’est assez « dark » dans l’ensemble, même Logan de James Mangold avait un peu d’humour, c’est pour dire. Finalement, vu l’ampleur des enjeux valait mieux.

Magnéto retrouve enfin sa dignité et ne se voit pas encore une fois servir de « perso » à qui l’on triture encore la vie. Sa puissance est indéniablement là, la scène du métro en atteste et est assez explicite.

Des pages se tournent et des destins chavirent (comprenez qu’il y a des morts).

La puissance du Phoenix est visuellement bien matérialisée.

Vif Argent ne fait pas une redite sur ses pouvoirs et Diablo nous montre une personnalité beaucoup plus sombre qu’à l’accoutumée quand il est énervé.

Pas de clins d’œil à Stan Lee, mais un hommage dans le générique. Pas de Wolverine ni de scènes cachées teasant une hypothétique suite.

Un clin d’œil aux fans avec Dazzler, la mutante capable de transformer le son en lumière aveuglante.

La durée du métrage est relativement correcte : 1h54. Avec ce qu’il faut d’actions et pas de longueurs comme on a pu le constater dans… euh non !

On avait aussi dit que cet opus était un remake de X-Men : l’affrontement final de Brett Ratner, et personnellement, je ne trouve pas. Le point commun est effectivement l’histoire du Phoenix et sa finalité, mais sinon guère de similitudes. Le film ne se perd pas sur un sérum anti-mutants et reste centré sur la genèse du Phoenix.

Verdict Final

Même si le film n’est pas fidèle au matériau d’origine dont il s’inspire, il a quand même le mérite de rehausser la saga après un X-Men : Apoclaypse très décevant. Simon Kinberg fait de son mieux pour nous livrer une histoire qui tient la route, l’accompagnant pour cela d’effets spéciaux relativement bien fournis.

Sophie Turner incarne une Jean Grey remarquable, instable et perturbée à souhaits, la révélation de ce long métrage.

C’est un bon cru, définitivement pas le meilleur, mais largement pas le dernier. A ce propos, je vous fais part de mon classement de la Saga X-Men :

  1. X-Men : le commencement
  2. Logan
  3. Deadpool
  4. X-men 2
  5. X-Men
  6. X-Men Days of Futur Past
  7. X-Men : Dark Phoenix
  8. X-Men : Origins : Wolverine
  9. Deadpool 2
  10. Wolverine : le combat de l’immortel
  11. X-Men : l’affrontement final
  12. X-Men : Apocalypse

Partager

2 pensées sur “X-Men : Dark Phoenix : Avis flash

  • 23/06/2019 à 17:46
    Permalink

    C’est l’heure de mon top X-Men (hors Dark Phoenix) :

    1. Logan
    2. X-Men : First Class
    3. X-Men 2
    4. Wolverine : le combat de l’immortel
    5. X-Men
    6. Deadpool 2
    7. Deadpool
    8. X-Men : Days of Future Past
    9. X-Men : L’affrontement Final
    10. X-Men : Apocalypse
    11. X-Men Origins : Wolverine

    Sinon, je suis étonné de ne pas avoir lu un mot sur la bande originale signée Hans Zimmer ! :p

    Répondre
    • 23/06/2019 à 18:59
      Permalink

      Assez d’accord avec ton debut et ta fin de classement.
      Quant à la musique rien de vraiment marquant mais je n’ai pas l’oreille aussi musicale que toi.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.